_yyyo

Un jour

Disséminé dans la mélodie du vent qui passe

L’amour dit-on est pris dans une impasse

C’est lui qui hulule de regret et de tristesse

Il sanglote en manque de douces caresses

Déchiré par la mélancolie d’absence et de négligence

 

Un jour

Des fleurs parfumées fanent dans la poussière du bord de route

Foulées aux pieds par des flâneurs bruyants et sans but

Tant de basket silencieux fatigués et chargés de doutes

Tendres âmes écrasées par quelques promesses charmantes

Elles dégénèrent et se décomposent doucement en miettes

 

Un jour

Le vent qui passe ramasse les éclats de nos jeunesses

En virevoltant ressasse son sinistre refrain sans cesse

Le visage garni de son air irréprochable d’innocence

« Je vous débarrasse de vos démons par ces secousses »

Mais nos démons ne sont pas les démons qu’il balance

 

Un jour

Je pense aux smartphones en quête de puce

Je pense aux linges qui cherchent du savon qui mousse

A tant d’espoirs et de rêves et de doux projets qui rabougrissent

Tant de crimes chargés sur le dos du temps et de l’air qui avancent

Ce sont pourtant les génies de nos seins qui cultivent nos souffrances